LA REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

La réforme de la formation professionnelle apparaît comme une véritable révolution. Il est donc nécessaire d’en comprendre les grands changements pour s’y adapter au mieux.

Qui est concerné par le CPF ?

Les salariés, demandeurs d’emploi, travailleurs indépendants, agents publics, professions libérales ou non salariées mais également les prestataires de formation, les organismes d’information et d’orientation, les entreprises, les Opca, la Caisse des dépôts et consignations et les partenaires sociaux

Les principaux enjeux de la réforme

  • Faciliter les démarches et obligations légales relatives à la formation professionnelle.
  • Rendre les actifs acteurs de leur projet et supprimer les intermédiaires entre salariés et Organismes de formation.
  • Développer chez les salariés l’envie de se former et maintenir leur employabilité.

Les principales nouveautés de la réforme

Création de « France Compétences » le  nouvel organisme collecteur des cotisations relatives aux formations,  en charge de les redistribuer tout en s’assurant de la qualité des actions de formation.
France Compétences délivrera, d’ici 2021, une certification aux organismes de formation qui souhaiteront faire financer leurs formations par le CPF, l’État, les Régions ou les opérateurs de compétences.

Au 1er Janvier  2019, le compte personnel de formation crédité en heures laissera sa place au compte personnel de formation crédité en euros, 500 € par an plafonné à 5000 € et pour les personnes ayant une certification inférieure à un titre RNCP de niveau 5, 800 € par an plafonné à 8000 € .
Les prestataires de formation n’appliqueront plus une tarification horaire mais suivront une logique de forfaits afin de pouvoir personnaliser et moduler leur offre.

formation professionnelle

Concernant les listes de formations éligibles, elles seront supprimées. Désormais, toutes les formations conduisant à des certifications enregistrées au RNCP ( y compris leurs blocs de compétences ) ou enregistrées au Répertoire spécifique, seront éligibles.
Le CPF pourra être utilisé pour la validation des acquis de l’expérience (VAE), les bilans de compétences ou encore la préparation au permis de conduire (permis B et poids lourd).

Le nombre d’OPCA sera réduit de moitié et de nouvelles missions leurs seront attribuées comme le financement des CFA ou la co-construction des diplômes.

La grande nouveauté concerne une application mobile qui permettra aux actifs de suivre l’évolution de leurs droits acquis, de sélectionner leur prestataire de formation en toute autonomie, cependant l’autorisation d’absence de l’employeur sera encore requise. L’application indiquera également les abondements possibles et laissera la possibilité de consulter le taux de satisfaction mais aussi de rédiger des commentaires.